Dénomination: Pliant artisanal
Artisan: Lo Coutelier (Loïc Villeneuve)
Longueur totale: 186 mm
Longueur de lame: 82 mm (dont 80 mm de tranchant)
Epaisseur de lame: presque 3 mm au plus épais
Type acier: acier inox 14c28n
Manche: Plaquettes en cocobolo sur intercalaire en teck et fausse pièce amincie en cocobolo
Système: double bille
Origine: France
Achat: Neuf

Pouvoir choper un Lo est toujours un événement mais celui-ci est encore plus spécial pour moi… j’ai découvert ce design au cours d’une rencontre coutelière avec un certain Savoyard (quelle magnifique région) et il l’avait dans la poche : à la prise en main ça a été le coup de foudre, il m’en fallait un !

Ce plaisir en main est évidemment lié à la forme du manche, mais aussi au touché qu’apporte le bois et pour ce couteau quel magnifique bois en plus. C’est du cocobolo avec ce très beau veinage et cette flamboyante couleur orangée : bien plus marquée que pour le bois de fer que j’apprécie beaucoup, flamboyant c’est vraiment le qualificatif le plus adapté ! Quelque soit le côté ces deux plaquettes sont superbes.

En dehors de la prise en main, une deuxième chose m’avait fait craquer sur ce couteau, c’est le système double bille de Lo que je ne connaissais pas, génial ! Je ne saurais expliquer la réalisation technique mais à l’utilisation c’est top : un ressenti comme un cran net à l’ouverture et à la fermeture, avec ce son très clair de “clac” lorsque la lame est engagée. Évidemment, pas de blocage de lame (c’est ce que je recherchais pour un transport plus aisé à l’international), mais un réel sentiment de sécurité pour l’utilisation car lame ouverte la rétention de lame est efficace, peut-être même encore plus efficace que certains crans plats trop mous. Et lame refermée c’est encore plus net, avec un ressort très présent qui ramène la lame en position fermée (aucune chance que le couteau s’ouvre tout seul dans la poche).

Mais passons maintenant aux détails de finition car Monsieur Lo nous a peaufiné ça comme à son habitude !

J’apprécie les intercalaires en teck, un bois de chez moi si noble, et la fausse pièce en cocobolo qui s’insère à la perfection entre les platines titane. D’ailleurs l’utilisation du titane apportent un équilibre parfait entre la lame et le manche. Enfin, un très léger guillochage de cette fausse pièce, juste ce qu’il faut :

Mais les détails les plus impressionnant sont au niveau de l’ajustement de la lame, en commençant par le dos du couteau : la lame affleure à la fois les platines et la fausse pièce à la perfection.

Au passage, une guilloche très sympa au dos de la lame, et Lo s’est même amusé à faire une légère guilloche des platines pour correspondre au motif… les details je vous disais !

Et hop, pareil en dessous, toujours cet ajustement affleurant de la lame entre les platines, et cette petite guilloche lame/platines :

Enfin la lame… faite en inox 14c28n, l’entretien sera aisé avec un tranchant rasoir qui dure ce qu’il faut, et Lo lui a fait une finition tiré en long vraiment très belle. Mais avant tout, c’est cette forme avec un gros ventre et un bonne largeur de lame que j’adore : j’ai déjà vérifié qu’elle est très efficace en edc pour le quotidien mais vraiment, c’est carrément une invitation pour le sauciflar et tous les casse-croute sur le pouce !

Voilà, on a fait le tour je crois, en résumé c’est ce côté très sympathique du couteau, ses courbes et son côté trapus qui le rendent si attachant, tout cela avec une qualité de finition parfaite qui se cache derrière. Et comme je le disais en intro, un couteau qui restera toujours spécial pour moi puisqu’il me rappelle cette excellente journée avec un ami en Savoie à chaque prise en main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire