Dénomination: Laguiole 13cm
Artisan: Coutellerie Honoré Durand
Longueur totale: 238 mm
Longueur de lame: 108 mm (dont 100 mm de tranchant)
Epaisseur de lame: 2.5 mm au plus épais
Type acier: acier carbone XC75
Manche: Bois de cerf, mitres inox, tire-bouchon inox
Système: Cran forcé
Origine: France
Achat: Neuf

je vous présente aujourd’hui mon premier Laguiole 13cm, choisi chez Honoré Durand… Et oui, je ne suis pas le dernier à déplorer leur positionnement IG Laguiole mais question qualité de fabrication j’étais déjà emballé par mon 12cm en corne que j’adore, et celui-ci est tout aussi qualitatif ! Comme quoi, rien ne sert d’avoir peur de la concurrence de Thiers, pour un client ravi il suffit simplement de continuer à si bien travailler et l’amateur saura faire son choix… Voyons donc ensembles quelles sont ces qualités qui me confortent dans ce choix 🙂

Pour commencer, pris dans son ensemble le couteau respire la qualité de fabrication, la solidité avec ici un choix de 2 mitres acier qui assureront une durabilité pour des dizaines d’années sans aucun jeu, sans aucune faiblesse (même si je suis moi-même amateur de la beauté d’un plein manche). Ensuite, en regardant les détails de plus près…

Nous avons ici une très belle mouche forgée, assez rustique dans son design, mais fort bien travaillée et pour quelqu’un comme moi qui n’a pas l’habitude des 13cm, elle est énorme ! Et renforce donc elle aussi ce sentiment de grande solidité de l’ensemble. Le ressort est finement ciselé, le motif du guillochage me plait beaucoup.

Le tire-bouchon est un « vrai » tire-bouchon avec suffisamment de spires et de longueur pour être utilisé de manière efficace, on voit trop de couteaux Laguiole avec cette queue de cochon à 3 spires… et le détail que je regarde toujours, voyez comme la base du tire-bouchon suit exactement la courbe du manche et des platines au lieu de faire cette excroissance peu esthétique et tellement commune elle aussi !

Replié, le couteau est tout aussi beau, quelle beauté ces plaquettes en bois de cerf ! On remarquera aussi le rivetage si parfaitement effectué notamment au niveau du placement des rivets, avec une très belle croix du berger qui même si elle ne garantie pas l’authenticité (ajout relativement récent dans l’histoire du Laguiole) apporte quand même pour moi un cachet certain à ce type de couteau. A savoir aussi qu’elle est souvent absente pour des côtes en bois de cerf dû à l’irrégularité de ce matériau rendant la pose plus difficile : c’est donc d’autant plus appréciable qu’elle soit ici présente et de si belle manière.

Oui vraiment, j’apprécie au plus haut point le temps et l’attention du coutelier dédiés au choix des plaquettes, le bois de cerf comparé aux autres matériaux est tellement aléatoire question volume, bosses et creux, que d’arriver à une telle régularité est à elle toute seule une qualité exemplaire pour cet assemblage. On le voit encore mieux du dessus :

Quelle symétrie !!!

Enfin la lame… évidemment en acier carbone pour ce plaisir que j’ai de la voir patiner et changer avec mon utilisation personnelle. Elle a d’ailleurs déjà commencé à prendre ces jolies couleurs que j’aime et avec l’utilisation déjà appréciée et les quelques affutages qui ont suivi, j’ai déjà pu constater l’excellente qualité du traitement effectué pour ce XC75 : un tranchant vraiment rasoir qui dure très convenablement avec la grande facilité d’affutage propre à cet acier modérément carboné. Après bon, certains regretteront certainement ce contraste existant entre la lame qui patine et le manche fait d’acier inox, je l’entends bien, mais c’est souvent un choix que j’aime faire dans l’idée personnelle que le Laguiole est un couteau partagé en deux parties, celle fonctionnelle qui doit vieillir et être représentative de notre utilisation propre de l’outil, et celle purement esthétique qui rassemble tout le savoir-faire coutelier et doit briller pour le seul plaisir des yeux !

Voilà, nous arrivons au bout de cette description et j’espère que les photos partagées auront pu vous montrer toute la qualité ressentie à la prise en main. Une anecdote pour terminer, le couteau est arrivé avec l’ancien poinçon de la coutellerie sur la lame (alors qu’il a été acheté très récemment par simples clics sur leur site web), cela est dû à la raréfaction des lames en acier carbone, surtout dans cette taille : j’aime beaucoup ! Mais juste un souhait pour conclure, n’abandonnez surtout pas la fabrication de ces magnifiques lames 🙂

Un couteau qui sera évidemment dédié à l’assiette avec sa très longue lame, pour le quotidien en simplicité, façon couteau manufacturé sans le côté unique d’un artisanal réalisé sur commande mais fort bien assemblé pour le plaisir des yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire