Dénomination: Pliant artisanal
Artisan: Thomas Lecas
Longueur totale: 198 mm
Longueur de lame: 88 mm (dont 87 mm de tranchant)
Epaisseur de lame: 2.5 mm au plus épais
Type acier: sandwich vieux fer âme acier carbone
Manche: bois de nerprun
Système: Cran forcé
Origine: France
Achat: Neuf

Un couteau du genre que j’aime le plus, ce genre qui nous invite à l’utiliser sans retenue par la solidité qu’il dégage, tout en dégageant la beauté du couteau très proprement assemblé avec de jolis matériaux.

Des matériaux pas spécialement précieux, mais avec une beauté toute naturelle comme ce magnifique bois de nerprun utilisé pour les plaquettes.

Pour tout dire, le couteau était à l’origine habillé d’un très beau châtaignier mais ce bois a malheureusement rapidement fissuré (ça arrive), alors Thomas m’a dit t’inquiètes… je vais te trouver un bois au moins aussi beau et qui ne bougera pas : et voilà que je découvre le nerprun dont je ne soupçonnais même pas l’existence, et en effet un bois stupéfiant de beauté avec ses reflets quasi dorés !

La lame n’est pas en reste, avec un superbe sandwich, du vieux fer emprisonnant un acier hautement carboné. J’aime beaucoup le rendu esthétique évidemment, mais le sandwich permet surtout d’avoir une lame extrêmement coupante puisque le tranchant est sur l’acier carboné, tout en gardant une souplesse limitant les risque de casse avec le vieux fer qui ne prend pas la trempe. Bref, dureté au centre en souplesse en surface, la combinaison parfaite.

Dans ces matériaux que j’aime particulièrement, nous avons donc le bois, l’acier… reste le laiton pour compléter le tableau, et donc rivets et platines en laiton !

Au Passage, on notera la qualité de finition avec un ressort rasant au niveau des platines. Et puisque l’on parle de qualité d’assemblage, une liaison lame/ressort elle aussi parfaite :

Tout comme le centrage de la lame qui est top :

Enfin l’action du ressort, elle est virile et donc adaptée à un cran qu’on aura pas peur d’utiliser de manière un peu forte… sans être néanmoins trop dure non plus, ce qui fait qu’ouvrir ou refermer le couteau reste un plaisir à chaque fois.

Pour terminer cette description rapide, je crois que pour résumer, ce couteau est très attachant car c’est comme s’il nous suggérait en permanence de l’emporter et de vivre des trucs ensembles. Et chaque fois que l’on cède à cette demande on s’attache un peu plus à lui et à toutes ses qualités.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire